L’Association

Objectifs

AIDMRL’Association Inter-zone pour le Développement en Milieu Rural (AIDMR), officiellement reconnue en 2001, œuvre à la diffusion de l’agroécologie depuis sa création en 1993.

Le coordinateur Ablacé Compaoré et l’équipe de l’AIDMR ont été formés à l’agroécologie en 2006 par les anciens élèves de l’agroécologiste français Pierre Rabhi.

L’AIDMR a pour objet la diffusion des pratiques agroécologiques et le renforcement des capacités des producteurs pour la gestion des ressources naturelles. Ces pratiques doivent permettre aux paysans de garantir l’autosuffisance alimentaire tout en assurant leur autonomie.

IMGP1599
Traction asine dans un champ de sorgho

L’AIDMR a aussi pour but de développer une dynamique participative avec un partenariat horizontal dans tous les domaines d’activités, mais surtout de prouver qu’un paysan est capable d’assurer son propre développement sans être assisté.

Dans ce sens, l’AIDMR forme des paysans ainsi que des animateurs endogènes en agroécologie, qui vont à leur tour transmettre ces connaissances pour assurer aux paysans une production saine et rentable, que ce soit dans le cadre d’une agriculture maraîchère ou céréalière.

L’AIDMR dispense des formations et des actions de sensibilisation tout publics à l’agroécologie sur tout le territoire burkinabé ainsi qu’à l’étranger.

IMGP1681
Un montage d’un tas de compost lors d’une formation avec des élèves burkinabés

L’AIDMR s’inscrit dans la démarche éthique de l’association Terre & Humanisme, qui œuvre à la diffusion des pratiques agroécologiques forgées par Pierre Rabhi et adaptées au contexte local. Pour en savoir plus sur la philosophie, l’histoire et les activités actuelles de l’association Terre & Humanisme, vous pouvez consulter son site internet : http://terre-humanisme.org ainsi que la charte éthique internationale de l’association.

DSC_9415

« Face à un système qui confisque le droit et le devoir des peuples à se nourrir par eux-mêmes, l’agroécologie est une alternative éthique et politique au service de la Vie, un acte de résistance pacifique, pour l’autonomie alimentaire des populations et la sauvegarde de la terre nourricière. »

Pierre Rabhi

Publicités